le chemin mystérieux

Mercredi 25 novembre, nous sommes allés sur le sentier, les élèves ont suivi une feuille de géographie. Pendant ce temps, nous avons trouvé une sorte de boule noire qui était enfoncée dans la terre, nous l’avons sortie du sol, on a fait des recherches et c’est une crotte de chevreuil. Voici la photo :

Voici notre recherche sur les crottes de chevreuil:

Les crottes du Chevreuil.

Les crottes du Chevreuil sont appelées moquettes, elles sont relativement petites.

EXTRAIT DU SITE : un regard différent sur la nature

Sur le sentier, nous avons trouvé un chemin mystérieux. Il est sous la tour d’observation. Nous sommes allés dans le passage avec Ana, Lola, Jade et Toineau. Puis, Clément et Nolan nous ont rejoints.

Voici une photo de l’entrée du chemin.

Ce chemin n’ a pas été fait par des animaux car on a remarqué des traces de sécateurs. Puis, nous avons découvert que c’est Roman qui l’avait construit avec ses amis.

  • J’ai bien aimé le chemin parce qu’on a découvert un passage et c’était magnifique. Ana

-J’ai bien aimé à la fin du petit chemin parce qu’il y avait du givre sur du bois. Lola

Voila le givre sur les bois.

Voici la vue du passage secret sous la tour d’ observation.

Nous allons faire des réparations : un panneau sur les contes et un panneau sur les insectes sont tombés.

Inès et Sarah

Un peu de géographie sur le sentier nature

Avec la classe, on a fait de la géographie. Nous devions trouver des directions de villes et de pays partout dans le monde. Nous devions aussi trouver les kilomètres qui séparent Montmelas et les pays que nous cherchions.

Sur le chemin, nous avons trouvé un nid de guêpes dans un trou sous la terre.

Nous avons cherché des renseignements sur les guêpes, les voici ci dessous :

A la fin de l’été, les œufs donnent des mâles et des femelles fertiles qui seront fécondées…

Aux premiers froids, le nid périclite et toute la colonie disparaît ; seules les femelles fécondées hivernent dans un abri naturel.

Les nids sont fabriqués à partir de bois d’origines diverses, transformés en papier par trituration. Achevés, ils sont de forme et de tailles variables et peuvent contenir de quelques dizaines à plusieurs milliers d’individus, selon l’espèce. Apparents ou cachés, on les rencontre dans les endroits les plus variés : tronc d’arbres creux, coffrages de volets roulants, cheminées, greniers… à la cime des arbres aussi bien que dans le sol. On les repère surtout grâce aux allées et venues diurnes des ouvrières qui peuvent aller chercher leur nourriture assez loin du nid.

Les besoins en nourriture sont doubles : des substances carnées pour les larves (cadavres d’insectes, fragments de viande …) et des matières sucrées (fruits) et protéines animales ou végétales (pollens) pour les adultes.

Pour nourrir les larves, les adultes capturent des quantités très importantes de mouches, chenilles et autres insectes (moustiques…)

mer de glands…

Nolan et Clément 🤠🤠

Les nids d’oiseau géants

Lundi 9 novembre un plasticien est venu à l’école. Il nous a appris comment faire des nids pour les oiseaux et les animaux.

-Jonas : j’ai bien aimé faire les nids.

-Jumana : j’ai trouvé que c’était très instructif.

-Inès : j’ai bien aimé faire les nids.

-Elisa : j’ai bien aimé de faire les nids et de travailler en équipe.

-Mathis : j’ai bien aimé la construction des nids et le travail d’équipe.

Jonas et Elisa

Le chant mélodieux de la mésange charbonnière!

Nous sommes partis le 4 novembre 2020, nous avons fait le parcours oiseaux accompagné d’une feuille de reconnaissance des volatiles. Chaque élève devait : sois répondre à un Quizz ou faire une petite présentation à la classe sur un oiseau précis.

Pendant ce temps, nous deux, nous avons écouté les oiseaux et nous avons entendu une mésange charbonnière. Quand tous les élèves avaient fini ce qu’ils devaient faire, nous nous sommes rassemblé pour remplir les mangeoires.

Les mangeoires remplies, nous sommes repartis à l’école et pour ceux qui avaient envie de courir jusqu’au départ du sentier, c’était possible. Une fois en classe, nous avons corrigé le Quizz sur les oiseaux.

– J’ai bien aimé et j’ai découvert des renseignements sur la pie bavarde : son poids, ce qu’elle mange…

Gabriel

– J’ai bien aimé écouter les oiseaux et courir à la fin.

Sahel

-J’ai bien aimé faire le parcours oiseaux et écouter les petites bêtes volantes !

Mathis

La mésange charbonnière et la mésange bleue (030) – Natuurverhalen

Voici le chant de la mésange charbonnière, un document crée par la LPO  » LePetitOrnitho » !

https://www.youtube.com/watch?v=1g3n6Zaqid8

Quelques renseignements sur la mésange charbonnière

La mésange charbonnière est l’une des mésanges les plus grandes et lourdes (14 cm pour une envergure de 23 à 26 cm et une masse de 16 à 21 g), de la taille d’un moineau domestique.

Elle se caractérise par sa calotte noire, ses joues blanches, son dos verdâtre et une bande noire (ou « cravate ») tout le long de la poitrine et du ventre jaune. Cette bande est moins large chez la femelle que chez le mâle.

En période de reproduction (printemps et été), son régime alimentaire est essentiellement insectivore, ce qui explique la spécialisation de son bec court adapté à ce régime. La mésange se nourrit particulièrement de petits invertébrés (blattes, sauterelles, criquets, demoiselles, petites libellules, chrysopes, perce-oreilles, punaises, fourmis, mille-pattes, mites, papillons de nuit, mouches, abeilles, guêpes, coléoptères, araignées, opilions, escargots, cloportes), de larves, de petits fruits et de graines (notamment du hêtre et du noisetier).

C’est un oiseau grégaire : en dehors de périodes de nidification, elle vit en groupe avec d’autres mésanges. Bien qu’il lui arrive parfois d’intimider ses congénères en écartant les ailes pour s’approprier une source de nourriture. C’est une visiteuse habituelle des mangeoires en hiver.

Mathis et Sahel

Travaux sur le sentier

Samedi 10 octobre, nous sommes allés sur le sentier. Nous avons planté les piquets du nouveau parcours géologique ! Il ne restera plus qu’à mettre les panneaux ! On a aussi remis quelques installations du sentier. Les parents ont refait les barrières de la mare et ont débroussaillé le nouvel accès. Les enfants ont fabriqué des cabanes.

Clément et Gabriel