La remise des panneaux sur le sentier nature.

Le 26 Mars, quelques parents et enfants se sont réunis devant l’école pour installer les panneaux sur le sentier nature. Les panneaux qui étaient à l’ école avaient été préparés sur le balcon pendant l’après-midi, nous avons tout chargé dans une voiture et nous sommes allés à la mairie. Nous avons pris les panneaux qui étaient dans la cave de la mairie. Nous les avons installés par terre pour changer les photos, réécrire ce qui ne se voyait pas bien. Beaucoup d’anciens élèves sont venus nous aider.

Alors, nous nous sommes séparés en deux groupes : un groupe était avec une brouette avec les premiers panneaux à installer et un deuxième groupe était en voiture, ils avaient beaucoup de panneaux à installer.
Moi, j’étais avec le premier groupe, nous accrochions les panneaux au fur et à mesure que nous avancions mais d’un coup il a commencé à pleuvoir ! Alors nous avons décidé avec l’autre groupe que nous allions arrêter et continuer mardi 30 mars.

Mardi 30 Mars un petit groupe s’est réuni pour finir d’installer les panneaux. Nous avions tous un panneau, nous sommes restés en un groupe et nous les avons installés au fur et à mesure. Nous avons fini d’ installer tous les panneaux sur le sentier nature.

Louis-Martin

La balade sensible

Au début David Bartholoméo nous a donné des plaques avec des feuilles de papier dessus. On devait tenir un feutre entre le majeur et l’index.

Le feutre bougeait au rythme de nos pas, au fur et à mesure que l’on marchait, le feutre faisait des formes bizarres. On se passait les feutres plusieurs fois. On a marché quelque temps.

Puis, on s’est arrêté pour faire le deuxième exercice. On devait repérer les sons qui nous entouraient. On fermait les yeux et on avait aussi deux feutres, un à gauche et un à droite. Si le son venait de droite, nous devions dessiner le son avec ce feutre.

Voici l’avis des élèves :

Lola : J’ai bien aimé le parcours avec les feutres !

Gabriel : Je n’ai pas aimé surtout quand on marchait à reculons !

Louis-martin : C’est reposant car le feutre glisse tout seul.

Nolan et Clément 🙂

L’orite à longue queue.

Mercredi 10 mars le matin, en entrant dans la classe, nous devions chercher des objets en bois que David avait caché. Nous avions trois objets : une fleur, une grenouille et un espèce d’arbre. Tout le monde a cherché les objets en bois, c’était super ! Donc, ce jour-là, nous devions aller sur le parcours « plante » et aussi observer la mare parce qu’ elle évolue. ( c’est très sympa à observer ! )

Ensuite nous sommes allés sur le sentier. Les élèves devaient retrouver et prendre des plantes qu’on avait nommées au début du sentier. Pendant ce temps, nous deux ( Sahel et Mathis ), avons observé une orite à longue queue.

Renseignement sur l’orite à longue queue:

Cet oiseau mesure 13 à 14, 5 cm (dont 8 à 9 cm pour la queue) pour une envergure de 17 à 18 cm et une masse de 6 à 10 g. C’est un minuscule oiseau avec une très longue queue et des petites ailes rondes, au ventre blanc légèrement rosé, à la tête blanche et grise avec, chez la grande majorité des individus vivant en France une bande noire du front à la nuque passant au-dessus de l’œil. Elle se nourrit essentiellement d’insectes, de quelques graines et de bourgeons à la mauvaise saison. Elle ne dédaigne pas les mangeoires en hiver.

On l’a considérée longtemps parmi les mésanges, mais elle a la taille d’un troglodyte mignon et avec une longue queue. Elle n’a pas la taille d’une mésange, du coup on ne la considère plus parmi les mésanges. Son nom a changé, on l’appelle désormais l’orite à longue queue.

Elle se déplace en petits groupes.

Voici une orite à longue queue.

Épinglé sur BIRDS

Voici l’orite à longue queue avec ses poussins !

La mésange nounou – Ad Naturam
Voici un oisilon orite à longue queue.
Découvrez le plus mignon des passereaux : la mésange à longue queue blanche  !

Commentaires:

Ana: C’était très bien, j’ai vu une orite à longue queue !

Mathis: J’ai vu une orite a longue queue avec Sahel et j’ai trouvé cette journée très bien.

Sahel: J’ai observé une orite à longue queue avec Mathis, c’était la première fois que j’en voyais une sur le sentier nature !

Sahel et Mathis

Les mystérieux trous du châtaigner

Mercredi 24 février, nous sommes allés sur le sentier nature. On a fait le parcours insectes, et on a répondu aux questions. Nous avons trouvé des poils de blaireau.

Voici la photo:

Nous sommes passés devant un châtaigner, il y avait des trous.

Voici la photo de l’arbre :

Devinez quel oiseau a fait ces trous.

Nous pensons que ces trous ont été faits par un pic épeiche.

La photo de cet oiseau :

Pic épeiche - Dendrocopos major

Voici des renseignements sur l’oiseau:

Le Pic épeiche  est l’espèce de pics la plus répandue et la plus commune en Europe et dans le Nord de l’Asie. Faisant partie des pics de taille moyenne, il se caractérise par un plumage rayé de blanc et de noir et une tache rouge écarlate sur le bas-ventre près de la queue. Chaque année, au printemps, cet oiseau choisit un tronc d’arbre,et il attaque vaillamment le bois à coup de bec. En quelques semaines, il, creuse une belle cavité au cœur de l’arbre.

Nous avons aussi trouvé une crotte de martre :

Voici l’évolution de la mare :

Lola et Ana

La mare qui déborde…

Le mercredi 3 février , nous sommes allés sur le sentier nature. Les enfants ont travaillé sur les plantes , ils devaient ramasser différentes plantes : le plantain , la mauve , ail des vignes achillée mille feuille , pissenlit ,trèfle, pimprenelle, lierre .

En plus les enfant devaient identifier les oiseaux qu’ils entendaient . Certains avaient apporté leurs jumelles pour mieux les voir . Ceux qui avaient le temps ont observé la mare. Plusieurs enfants ont vu des grenouilles.

Ensuite, nous (Roman et Daniel) avons pris des photos de la mare. Elle a débordée à cause de la pluie des jours précédents; L’eau a dépassé la barrière.

Les élèves ont planté les osiers dans le jardins de l’école. 4 osiers ont été plantés sur le sentier dans le nid le plus bas.

« J’ai trouvé chouette de pouvoir observer la mare qui déborde ! » Daniel.

« C’était super de pouvoir se promener sur le sentier et pouvoir observer la mare, on a vu des grenouilles ! »

« Avec Nolan, on avait emmené un thermomètre. On a mesuré la température de l’eau de la mare. Elle était à 12°C. On a mesuré aussi la température de la cascade, elle était à 3°C. » Clément

« J’ai bien aimé la cascade parce que l’eau giclait de partout ! On a réussi à trouver toutes les plantes. On a entendu un oiseau. on a mis des graines dans les mangeoires. » Louis- Martin.

« J’ai bien aimé découvrir une belle cascade, elle était extraordinaire parce qu’il avait un petit trou et l’eau passait dans une pierre. On atout trouvé les plantes sauf la ciboulette. On a entendu 2 oiseaux dont une poule. J’ai vu un oiseau gris mais je ne l’ai pas reconnu.  » Gabriel

Daniel et Roman

la mare

Le parcours plantes

Mercredi 20 janvier, nous sommes allés sur le sentier nature. Nous avons fait le parcours plantes. Quand nous passions devant une plante, le binôme qui l’avait choisi, devait lire des renseignements à l’aide d’un petit carnet.

On va vous parler de plusieurs plantes.

Commençons par le lichen.

Voici une photo:

Le lichen est le premier végétal sur terre.

L’ail des vignes

Voici une photo:

C’est une plante à floraison estivale, aux fleurs rose en ombelles. L’ombelle porte des bulbilles rosées à bordeaux, généralement plus nombreuses que les fleurs. On peut manger la racine (le bulbe), elle a un goût parfumé et piquant.

La ciboulette

La ciboulette, appelée aussi civette, appétit, fausse échalote, est une plante vivace, avec des bulbilles, aux feuilles creuses et effilées, qui forme une touffe. Elle est utilisée en cuisine lorsque l’on veut apporter une douce saveur légèrement aillée.

Voici une photo du nouveau panneau que le Géoparc Beaujolais a installé.

Toineau et Lola

la boule bizarre !

Mercredi 6 janvier, les enfants sont allés sur le sentier nature pour ramasser de quoi aménager le nid de l’école, en plus les enfants pouvaient observer les oiseaux grâce à une fiche de reconnaissance que Fabien Dubois de la LPO (ligue de la protection des oiseau) nous a donnée.

Les enfants devaient ramasser : des branches de lierres , des feuilles du chêne et de la mousse. Ensemble, nous avons pris en photo une étrange boule .

voici la boule bizarre appeler cynips

Nous pensons que c’est un nid de guêpe cette étrange boule ! Elle était accroché sur un églantier . On a fait des recherches.

L’églantier est un arbuste épineux de 2 à 3 mètres de hauteur, qui se développe au bord des pâtures et dans les taillis. Cette espèce, beaucoup plus répandue autrefois, lorsque la campagne était parsemée de haies, se distingue par une ravissante floraison de mai à juillet.

Quant à ses galles, sortes de boules chevelues qu’on rencontre souvent sur les tiges de l’églantier, ce sont les « bédégars ». Le bédégar est l’œuvre d’une guêpe appelée « cynips de l’églantier« : elle injecte dans la plante un mystérieux liquide et y pond ses œufs.

voici une pierre glacée
voici le tas de lierre collecté par les enfants

les avis des élèves pour la collecte :

Clément : c’était trop bien de reconnaître les oiseaux !

Charlotte : j’ai bien aimé ramasser de la mousse !

Ensuite, en rentrant à l’école, chaque élève a déposé une petite tige d’osier dans de l’eau. Nous allons voir si des racines se développent. Nous commenceront bientôt un atelier vannerie avec Paul.

les plantations d’osier

Jumana et Gabriel